Le haschich est l’un des produits dérivés du chanvre les plus courants. Seulement, les personnes voulant goûter à de nouvelles sensations parviennent difficilement à dénicher du CBD sous cette forme. Pourtant, ceux qui cultivent des plantes riches en cannabidiol peuvent tout à fait fabriquer du haschich

Ces produits peuvent effectivement être fabriqués non seulement avec des têtes de chanvre, mais également avec des feuilles ou d’autres débris végétaux. D’ailleurs, les cultivateurs ont le choix entre plusieurs procédés de fabrication. Des procédés que l’équipe de CBD Dundees vous présente. 

Qu’est-ce que le Haschich, appelé aussi résine ?

Le haschich se compose de trichomes de cannabis séparés des débris végétaux en recourant à l’un des procédés couramment employés. 

Ces trichomes correspondent à des sécrétions résineuses qui ont pour fonction de protéger la plante contre les attaques des agents pathogènes et des parasites. Chez les variétés les plus répandues, cette résine présente une forte concentration de THC et de terpènes. 

Les espèces autorisées à la culture dans l’espace européen produisent des trichomes riches en CBD et dépourvues de tétrahydrocannabinol (THC). Après transformation, certaines boutiques en ligne spécialisées arrivent à en tirer du haschich exempt de THC. Ceux qui cultivent quelques plants de cannabis CBD peuvent également fabriquer du hash. Seulement, il faudra user des bonnes techniques pour ne pas altérer la composition des plantes. Ci-dessous les procédés les plus prisés dans ce domaine. 

À lire : Cannabis Ketama : l’eldorado de la weed au Maroc

Les différentes façons de fabriquer du haschich

Plusieurs alternatives s’offrent à chacun pour fabriquer du haschich. Toujours est-il qu’il vaut mieux essayer ces méthodes une à une de sorte à mieux évaluer la qualité des produits finis. Cependant, sachez aussi que de simples maladresses peuvent avoir de lourdes conséquences. 

Roulage à la main

Cette méthode est de loin la plus simple à mettre en œuvre. Il faut tout simplement frictionner les têtes de cannabis cbd entre vos deux mains. C’est la résine qui se collera à ces dernières qui doit être enroulée en boule pour obtenir du hasch. 

Bien entendu, il est important de garder les mains propres et parfaitement sèches pour préserver la qualité du produit final. 

À lire : Conseils : rouler un joint de cannabis CBD à la perfection

Transformer du kief en haschich

Vous avez sans doute déjà retrouvé de la poudre jaunâtre au fond de votre grinder. Cette substance est couramment appelée « kief », il s’agit du polen et vous pouvez vous en servir pour fabriquer du haschich. 

Une fois cette substance collectée, vous aurez juste besoin d’une presse à pollen pour y parvenir. En effet, en exerçant une pression suffisamment forte, vous allez obtenir du hasch d’une excellente pureté. 

Filtrage à plat, c’est-à-dire tamisage à sec

Il vous est également possible de recourir à un tamisage à sec pour récolter plus facilement les trichomes. Néanmoins, pour que ces sécrétions se décollent plus facilement, il faut veiller à mettre les têtes de cannabis ainsi que les feuilles quelques minutes dans le réfrigérateur. 

Cela étant fait, vous pouvez les récupérer pour les mettre sur le tamis et secouer ce dernier. Il ne restera qu’à récupérer la poudre en dessous du tamis pour ensuite la compresser et la transformer en haschich.  

Méthode du mélange

La méthode du mélange consiste à mixer les têtes de cannabis après les avoir immergées d’eau et à ajouter de la glace. Une fois cela fait, il faut égoutter le tout à travers un tamis. 

Après avoir laissé reposer la préparation pendant une demi-heure, vous verrez les trichomes se déposer au fond du bocal. Il s’agit par la suite de vider les 2/3 du bocal, puis d’ajouter de la glace et de laisser reposer pendant 3 à 5 minutes. Cette opération est à répéter plusieurs fois.

Il suffit ensuite de filtrer la solution pour récupérer le kief et le sécher pour obtenir du hasch. 

À lire : Cannabis thérapeutique : bienfaits

Dry ice hash

Pour mener à bien ce procédé, il vous faudra réunir un récipient d’une assez grande contenance, de la glace sèche, des gants et des bubble bags. La taille des mailles de ce sac déterminera la pureté des produits. 

Dans tous les cas, les têtes de cannabis doivent être mises, dans un premier temps, dans le récipient avec de la glace carbonique. Après avoir mélangé le tout après quelques minutes, il suffit de placer le mélange dans le sac pour ensuite le secouer au-dessous d’une surface plane. Vous obtiendrez ainsi une substance poudreuse qui correspond à de la résine d’une grande pureté. 

Charas

Le charas désigne davantage une sous-catégorie de haschich plutôt que d’une méthode à proprement parler. Pour l’obtenir, le procédé à suivre est le même que pour le roulage à la main. 

Néanmoins, au lieu de frotter dans vos mains des têtes ou des tailles séchées, vous aurez besoin de celles qui viennent tout juste d’être récoltées. Ici encore, on obtiendra de la résine qui se colle aux paumes. 

Tambour mécanique

Cette technique suit le même principe que le filtrage à plat. Mais, au lieu de dépenser un maximum d’huile de coude, vous utiliserez un tamis animé par un tambour mécanique. Celui-ci assure un tamisage sans effort. 

Vous allez ainsi obtenir des trichomes de grande qualité. Il faut encore compresser le tout à l’aide d’une presse à pollen pour avoir du haschich. 

Choisissez celui qui vous convient

Au vu de tous les procédés décrits plus haut, vous n’avez que l’embarras du choix. Toutefois, avant de vous tourner vers une méthode plutôt qu’une autre, il vaut mieux prendre en considération les ressources et le temps dont vous disposez. 

Sachez cependant que la qualité du produit final dépend également des techniques de culture que vous employez. Avant de penser à faire du hasch au CBD, prenez soin de vos plants de cannabis pour qu’ils révèlent tous les arômes. 

Dans tous les cas, vous savez maintenant qu’il est possible de faire du haschich au CBD. Avec tous les procédés de fabrication décrits plus haut, vous arriverez à élaborer ce type de produit.

À lire : Lexique du cannabis : shit, beuh, marijuana, THC…