Il arrive que l’on décroche un job de rêve, mais que l’exercice de la profession ne tolère pas la consommation de THC, que l’on doive prochainement participer à une compétition sportive qui requiert préalablement un test antidopage. Quand on a récemment consommé de la marijuana, il se peut que les dispositifs de détection du cannabis (dans l’urine) affichent un résultat positif. Des tests de dépistage pourraient aussi être demandés par des agents de la circulation suspicieux. 

En guise de rappel, un joint contient entre 2 à 20 milligrammes de THC, contrairement au CBD beaucoup moins dosé. Quand il est inhalé, le sang en absorbe entre 15 et 20 %. Il n’empêche que des traces de ce psychotrope (dont les effets ne s’estompent avant 12 heures) restent aussi décelables dans les poils, la salive et l’urine. Les tests urinaires demeurent les plus répandus, notamment en entreprise.

Comment le dépistage THC urinaire fonctionne-t-il ? 

Une fois dans le foie, le cannabinoïde est décomposé en plusieurs métabolites, dont le THC-COOH. Certains sont rapidement évacués par l’organisme, tandis que d’autres prennent plus de temps à disparaître. Les tests de dépistage (y compris urinaires) ont été conçus pour les déceler, que le principal intéressé soit un consommateur occasionnel ou chronique. 

La substance euphorisante sera détectable dans l’urine suivant une durée déterminée après la dernière fumette, en fonction de la fréquence de consommation. À titre indicatif, les délais impartis sont récapitulés comme suit : 

  • 14 à 60 jours pour les fumeurs chroniques prenant plusieurs joints dans la journée ; 
  • 5 à 10 jours pour ceux consommant plusieurs doses par semaine ou par mois ; 
  • 2 à 3 jours pour les personnes se procurant un à deux joints à titre occasionnel.  

Un dispositif de dépistage urinaire classique affiche le résultat (positif ou négatif) en seulement quelques minutes. Selon les cas, l’utilisateur apercevra un « OUI » ou un « NON ». Dans le cas où la concentration urinaire contiendrait moins de 25 à 50 nanogrammes de THC-COOH par millilitre, le test s’avèrera négatif. 

Il convient de savoir que pour les mêmes doses, certains individus stockeront les métabolites plus longtemps que d’autres. La drogue produit donc des effets différents selon le métabolisme de ses consommateurs. Il reste tout de même possible d’accélérer l’excrétion du THC en buvant abondamment de l’eau ou en ingérant du charbon actif. Le zinc pourra également faire l’affaire. 

À lire : Cannabis THC dans le sang : combien de temps la weed reste t’elle ?

Les facteurs influant sur le rythme de métabolisation du THC ? 

Les cannabinoïdes se fixent naturellement dans certaines cellules du corps, celles qui sont graisseuses. La quantité de métabolites présents dans l’organisme des grands fumeurs (chroniques) est particulièrement élevée. Ils seront ainsi testés positifs durant de nombreuses semaines après avoir pris le dernier joint. 

Comme les métabolites cannabinoïdiques s’encastrent dans la graisse, les personnes sveltes ne garderont pas ces molécules plus longtemps que celles qui sont en surpoids. Le corps des femmes (dont la masse graisseuse est plus importante par rapport à celle des hommes) mettra aussi plus de temps à évacuer le THC. Celles dont les calories brûlent plus facilement sans trop d’efforts physiques seront plus avantagées que celles qui éprouvent quelques difficultés à maigrir malgré un rythme de vie intense. 

Parcourir des kilomètres à pied ou s’aventurer dans une salle de sport durant des heures ne permet cependant pas de tromper les tests de dépistage. Dans ces cas, le niveau de métabolites peut atteindre des sommets, car la graisse brûlée en libèrera davantage.  

La manière dont le cannabis est ingéré impactera également la durée de sa détectabilité. La substance planante reste plus longtemps dans l’organisme lorsque le cannabis est consommé sous une forme comestible. Les magasins spécialisés commercialisent en effet des cookies contenant du THC, des friandises aromatisées à la marijuana ou des boissons infusées au cannabis. Bon… Vous pouvez toujours faire un tour sur notre CBD Shop en ligne pour vos achats de weed légal en France !

À lire : CBD et dépistage salivaire : ce qu’il faut savoir