Les cannabinoïdes et les terpènes sont les composants stars du cannabis. Pratiquement tous les amateurs de CBD ont pris connaissance de leur existence et la plupart d’entre eux connaissent parfaitement leur propriété. Les flavonoïdes n’ont pas eu droit au même traitement. Pourtant, cette famille de molécules est bien présente dans différents produits issus de la ganja. 

Flavonoïdes : Kezako ? 

Les flavonoïdes sont des composés organiques sécrétés par de nombreux végétaux. Selon l’espèce concernée, ils :

  • Donnent une couleur particulière à certaines parties de la plante ;
  • Attirent les insectes pollinisateurs après la floraison ;
  • Participent à la filtration des rayons UV. 

Dans le monde végétal, ces substances ne jouent pas un rôle de premier plan. Cependant, elles continuent d’influer sur la croissance des jeunes plants. 

À ce jour, les scientifiques ont réussi à encaisser plus de 6 000 molécules de ce type, dont 23 qui sont exclusivement produites par le cannabis. Appelées cannaflavines, ces dernières ne font pas l’objet d’études sérieuses jusqu’à présent. Toutefois, quelques chercheurs ont déjà quelques pistes sur leurs propriétés. 

À lire : Les différents cannabinoïdes du chanvre (cannabis)

Des molécules flavonoïdes aux nombreux bienfaits

Les amateurs de cannabis peuvent avoir déjà entendu parler des bienfaits des polyphénols, ces molécules que l’on trouve en grande quantité dans le raisin. Ce sont des flavonoïdes. Comme leurs homologues, il s’agit de puissants antioxydants. À ce titre, on leur attribue des vertus anticancéreuses. 

Ces substances auraient également un effet vasodilatateur. Raison pour laquelle consommer des fruits ou légumes riches en flavonoïdes est vivement conseillé aux personnes souffrant de jambes lourdes. Cette recommandation concerne également les hypertendus. 

Dans tous les cas, les amateurs de cannabis ne pourront pas a priori jouir de ces bienfaits. Le mode de consommation des produits issus du ganja ne permet pas de conserver les propriétés des flavonoïdes souvent décrites par la presse. Il faudra donc attendre que des chercheurs se penchent sur la question. 

Des scientifiques ont toutefois déjà étudié le cannaflavine A. Cette substance serait bien plus efficace que l’aspirine lorsqu’il est question de soulager la douleur et accélérer la guérison des lésions mineures. Il peut donc potentiellement renforcer les propriétés anti-inflammatoires du CBD. Les cannaflavines B et C partagent quant à eux les effets d’autres flavonoïdes. 

À lire : Les Trichomes dans le cannabis : définition et lexique

Flavonoïdes et cannabis : que faut-il comprendre

Les amateurs de weed n’accordent que peu d’importance aux flavonoïdes et à raison à première vue ! Ces substances n’auront effectivement aucun effet perceptible chez le consommateur. Toutefois, elles donneront un arôme et un goût particulier à chaque variété de cannabis. Ces molécules donnent alors plutôt du caractère aux joints, spliffs et blunts. Du cannabis sans flavonoïdes donnerait donc des produits fades et sans profondeur. 

De la même manière que tous les composants du cannabis, les flavonoïdes participent également à l’effet d’entourage. Ils agissent en synergie avec les cannabinoïdes et les terpènes pour produire un effet particulier. Dans ces conditions, on peut difficilement imaginer une variété quelconque sans flavonoïdes. 

Flavonoïdes et culture de cannabis : le point 

Les flavonoïdes donnent son identité à chaque variété de cannabis. Il s’agit donc d’un détail à ne surtout pas négliger pour tous ceux qui s’adonnent à la culture de la weed. Pour maintenir une concentration suffisamment élevée et donc conserver le caractère d’une variété, les producteurs doivent accorder tous les soins imaginables. 

Jusqu’au moment de la récolte, les responsables surveilleront la couleur des têtes de cannabis. Ce sont les parties de la plante qui contiennent le plus de flavonoïdes. Un aspect terne ne présage rien de bon. Il faudra donc garder des têtes verdoyantes et en bonne santé. Pour ce faire, on ajustera le niveau d’ensoleillement selon le stade de croissance du jeune plant.