Si de nombreux pays légalisent le cannabis, la France quant à elle reste campée sur ses positions. Pour quelles raisons ne souhaite-t-elle pas légaliser le cannabis ?

N’aurait-elle pas plus d’avantages à le légaliser et contrôler le réseau ? Voici un bref état des lieux sur ces différentes questions et sur les lois en vigueur en France aujourd’hui en 2020.

Le cannabis en France, quelles sont les craintes ?

Malgré les nombreux arguments qui sont favorables à la commercialisation du cannabis comme par exemple l’argument économique, l’argument sanitaire ou encore l’argument judiciaire, la France n’est pas encore prête à céder.

L’état a principalement peur que les consommateurs augmentent leur consommation. De plus, il est primordial pour le gouvernement qu’il puisse canaliser et contrôler tout le réseau. L’aspect santé est également un des critères qui bloque l’état français concernant la légalisation du cannabis.

5 avantages à légaliser le cannabis en France

Le Canada et la Californie en 2018, le Colorado ou l’état de Washington en 2014, ces pays et états ont fait le choix de légaliser le cannabis. En France on en entend régulièrement parler, le sujet revient sur la table et pourtant nous n’avons pas plus de précision que cela quant à une possible légalisation.

Il y aurait de nombreux avantages à légaliser le cannabis, nous en avons sélectionné les 5 principaux :

Une consommation très répandue en France

En moyenne en France on compte 17 millions d’expérimentateurs et 5 millions de consommateurs réguliers. L’âge reste un des premiers facteurs de l’expérimentation, mais il n’en est pas l’unique responsable. La France est le pays d’Europe où la consommation de cannabis est la plus forte, en moyenne entre 20 à 30% de la population à utiliser du cannabis dans l’année.

Source : OFDT

Des sanctions qui encouragent le trafic

Le fait que le cannabis soit illégal alimente les trafics, si l’état légalisait cela, les bénéfices leur reviendraient et ils auraient un total contrôle sur les importations, exportations et ventes. Aucun “gang” n’aurait besoin d’être créé pour alimenter ce trafic de drogue ayant une forte demande.

De plus, des trafics qui sont bien implantés dans les régions peuvent rendre la vie dure aux habitants qui appellent à une légalisation du cannabis afin de cesser toutes activités illégales proche des domiciles.

À lire : Est-ce légal de consommer du cannabis CBD ?

Des risques pour la santé

Le cannabis procure des effets psychoactifs importants et cela est un risque pour les jeunes. Le cannabis est d’ailleurs parfois impliqué dans des accidents graves de la route. Le fait de le légaliser permettrait d’avoir un contrôle dessus et de limiter sa consommation, le consommer en tant que loisir légalement, mais être ferme pour ce qui est de prendre le volant par exemple.

De plus la plante Cannabis sativa ne contient que très peu de THC (qui est responsable des effets psychoactifs), et cette plante a des vertus médicinales importantes comme réduire les nausées, réduire les troubles du sommeil, réduire le stress et l’anxiété ou encore réduire les risques de cancers et tumeurs.

Une nouvelle ressource économique importante

Le marché du cannabis est estimé entre 810 millions et 1,4 milliard d’euros. Et pourtant actuellement le cannabis coûte plus d’argent à l’état que ce qu’il peut apporter puisqu’il faut compter les dépenses en termes de répressions, les dispositifs de sensibilisations, les dépenses pour la justice et la santé.

L’état trouverait un plus grand intérêt à légaliser le cannabis et le contrôler en fonction de certaines règles plutôt que de chercher à le supprimer au profit des trafiquants de drogues de plus en plus violent.

Une pénalisation en fonction des villes

Une nouvelle sanction vient d’être annoncée : 200€ d’amende pour toute personne étant prise à fumer du cannabis en public. Cette sanction pourra être adoptée par les villes qui souhaitent la mettre en place. Pour le moment seulement 4 villes Françaises l’ont adopté :

  • Rennes
  • Reims
  • Créteil
  • Boissy-Saint-Léger

Dans d’autres villes, les amendes peuvent être un peu moins onéreuses. On peut cependant retrouver l’obligation par le procureur d’assister à un stage de sensibilisation sur la consommation du cannabis voir des peines pénales en fonction du nombre de fois où la personne a déjà été interpellée et le nombre de grammes de cannabis qu’elle possède sur elle.

À lire : L’histoire du CBD en France