Une avancée considérable dans un pays particulièrement répressif en matière de légalisation de cannabis en 2021 s’annonce. Le cadre juridique censé régir la circulation de ce cannabinoïde sera renforcé par un nouvel arrêté. Ce dernier sortira avant l’achèvement du premier semestre 2021. 

Cette dépénalisation permettra non seulement de protéger les consommateurs, mais encore de rassurer les acteurs économiques. Sur le sol français, la vente de cannabidiol (CBD) est aujourd’hui autorisée tant que le taux de tétrahydrocannabinol (THC) qu’il contient n’excède pas les 0,2 %. Cette mesure a été prise en novembre dernier. C’est d’ailleurs ainsi que la consommation de cette substance a augmenté. 

Des démarches visant à harmoniser le droit français avec la législation européenne 

Ceux qui sont pris en flagrant délit de possession de cannabis risquent encore un an d’emprisonnement. Les amendes à débourser peuvent atteindre les 3 750 euros. Or, la population française compte parmi les plus grands consommateurs européens. Dans le détail, le nombre de fumeurs occasionnels s’établit à cinq millions, contre un million du côté des adeptes qui en prennent au quotidien.  

Une consultation citoyenne a justement été effectuée sur le sujet, face à l’essor des cannabinoïdes en France. 80 % des participants ont opté pour leur légalisation, sur les 250 000 personnes sondées. Alors que la dépénalisation du cannabis récréatif est rejetée par le président, la machine juridique travaille sur un projet de loi autour du cannabis thérapeutique. Concernant l’usage du CBD, un rapport de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) devra être transmis aux ministres prochainement.  

En tout cas, les Français intéressés par le CBD n’ont plus besoin de se cacher pour s’en procurer. Les magasins spécialisés se comptent par centaines (400 CBD shops). De même, de nombreux bureaux de tabac commercialisent des cartouches qui contiennent du cannabidiol. L’huile de CBD, reconnue pour ses propriétés relaxantes, est sur le point de se démocratiser. En guise de rappel, ce produit aide à :

  • Mieux dormir ; 
  • Évacuer le stress ; 
  • Lutter contre la dépression. 

À lire : Top 5 des meilleures fleurs de cannabis légales en France

Les entreprises françaises aspirent aux mêmes conditions de production que celles appliquées ailleurs

Un rapport parlementaire recommande l’autorisation de la plantation et de l’usage de la plante de chanvre dans son intégralité. Pour l’heure, les plantes cultivées sur le territoire français doivent être transformées dans un autre pays où la législation autour du CBD en 2021 demeure plus permissive. Les entreprises tricolores importent ensuite les produits finis à base de cannabidiol. En voici quelques exemples : 

Sur un champ d’un hectare, ce processus coûterait 50 000 euros supplémentaires en matière d’extraction, comme le confirment certains cultivateurs. Or, les matériels servant à extraire la résine ne s’élèveraient qu’à 275 000 euros.  

Une fois l’arrêté appliqué, les entreprises du secteur devront éviter de :

  • Présenter les produits contenant du cannabidiol comme étant des remèdes ; 
  • Mettre en place une stratégie marketing induisant une confusion entre le CBD et le cannabis récréatif ; 
  • Promouvoir la consommation de substances euphorisantes. 

L’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre (UIVEC) indique que le marché du CBD pèse approximativement un milliard d’euros par an. Cette estimation tient compte de la filière dans son ensemble, de la culture à la commercialisation. D’ici 2026, le marché mondial de cannabidiol grimpera à 17 milliards de dollars. C’est ce que prévoit le cabinet d’études Deloitte.

À lire : Recevoir du cannabis par la poste en France