Une bonne centaine de pays (répartis dans les quatre coins du monde) interdisent la possession d’une e-cigarette, au même titre que sa commercialisation. Il est donc préférable de se renseigner sur la réglementation du pays de destination avant de voyager avec une cigarette électronique, qu’elle contienne ou non de la nicotine. Outre-Atlantique, il est légal d’en détenir, mais il n’est pas possible de remplacer un matériel défaillant dans certains États. 

Vaper du CBD, du e-liquide aromatisé ou du tabac classique (surtout dans les lieux publics) peut conduire à des peines d’emprisonnement. Les autorités ne plaisantent pas puisque les amendes à débourser en cas d’interpellation peuvent coûter particulièrement cher. 

Interdiction totale de détenir une cigarette électronique en vacances

Les compagnies aériennes demandent généralement aux passagers de ne pas remplir leurs flacons contenant du liquide à plus de 100 millilitres par 100 grammes. Dans certains pays toutefois, les lois régissant la consommation de tabac (et de produits à vapoter) demeurent particulièrement sévères. Cette politique de santé publique veut que les contrevenants encourent des sanctions pénales ou pécuniaires. 

En guise d’illustration, on risque 10 ans de prison en Thaïlande, en plus de devoir régler plus de 2 800 euros d’amende. La douane indienne fait payer 1 011 euros si elle trouve une cigarette électronique dans les bagages. On pourrait aussi se retrouver enfermé derrière les barreaux pendant 1 an. À Singapour, les pénalités excèdent les 8 000 euros en cas de récidive. 

Au Qatar comme en Égypte, les e-cigarettes seront tout simplement confisquées, qu’elles renferment de la nicotine ou non. Le même sort est réservé aux voyageurs une fois sur le territoire mauricien, où il est interdit de voyager avec une cigarette électronique.  

À lire : Les 10 meilleurs pays où fumer de la weed

Prohibition de vaper dans les lieux publics

Quelques pays tolèrent tout de même le vapotage sur leur sol, tant que l’expérience n’est pas réalisée dans les lieux publics fermés. Voici une liste d’endroits ouverts au public (énumérés dans les décrets gouvernementaux) où il pourrait être interdit de fumer une cigarette électronique :

  • Aéroports nationaux et internationaux ; 
  • Centres commerciaux ; 
  • Piscines publiques et plages ; 
  • Bars et restaurants ; 
  • Lieux de spectacles et stades ; 
  • Musées. 

Certains établissements et transports en commun prévoient un espace réservé aux fumeurs, dont l’accès peut être interdit aux personnes mineures. Certains hôtels (comme en Turquie) refusent catégoriquement que les voyageurs allument leur e-cigarette dans les chambres. 

Une liste non exhaustive de pays qui interdisent le vapotage dans les lieux publics est fournie ci-contre : 

  • Émirats arabes unis, Jordanie et Liban au Moyen-Orient ; 
  • Vietnam, Népal et Philippines en Asie ; 
  • Australie en Océanie ;
  • États-Unis, Canada et Argentine en Amérique ; 
  • Autriche, Finlande et Suède en Europe. 

Dans tous les cas, il est préférable de ne pas alimenter le réservoir du clearomiseur tant que l’on n’est pas descendu de l’avion. 

À lire : Peut-on voyager avec du CBD ?

Défense de fumer une e-cigarette sous certaines conditions 

La réglementation de certains pays classe la cigarette électronique parmi les médicaments. Son usage sera donc contrôlé par le ministère de la Santé. Dans d’autres pays, les autorités font la distinction entre les e-cigarettes sans nicotine et celles qui en comportent. Dans ce dernier cas, une prescription médicale sera requise. 

En Norvège, il n’est pas possible, en l’absence d’ordonnance, de voyager en tant que vapoteur si la cigarette électronique contient de la nicotine. Il en sera de même en Australie (notamment en Nouvelle-Galles du Sud, dans le Queensland et en Tasmanie). 

Dans les pays suivants, il est carrément interdit de se servir d’une cigarette électronique nicotinée, même à des fins thérapeutiques : 

  • Danemark (qui prohibe également toute sorte de e-liquides aromatisés) ; 
  • Malaisie (qui établit une peine de 2 ans de prison ou de 1 964 euros d’amende) ; 
  • Chine (principalement à Hong Kong).

En République tchèque, il est en revanche interdit de détenir plus de 2 millilitres de nicotine liquide dans les cartouches. Les recharges ne devront pas dépasser les 10 millilitres. La dose contenue dans la cigarette électronique n’est pas censée excéder les 20 milligrammes par millilitre.

À lire : Quels sont les effets du e-liquide au cannabis CBD ?