De nos jours, consommer du CBD ne représente pas une infraction aux yeux de la loi. Cependant, un flou juridique entoure encore cette dernière. En principe, il n’est pas interdit de prendre le volant après avoir pris du cannabidiol. Toutefois, à partir d’un certain dosage, la substance peut avoir un effet sédatif et créer de la somnolence chez certaines personnes.

Nous vous éclairons sur le fait de consommer du cannabidiol avant de conduire ainsi que les éventuels risques encourus. Découvrez également ce qu’il faut savoir à propos du CBD et des tests salivaires. 

Peut-on consommer du CBD avant de conduire ?

Même si le CBD et le THC sont des molécules issues du cannabis, les effets de chacune sur l’organisme humain sont différents. Le THC a des propriétés psychotropes, tandis que le CBD n’en a aucune. 

En outre, devant la loi, il n’existe pas aucune consommation maximale de cannabidiol. Ce dernier fait même partie des produits de consommation courante, sachant qu’il ne contient que 0,2 % de THC. Consommer du CBD avant de conduire est ainsi tout à fait légal. 

À lire : Quels sont les dangers du CBD ?

Est-ce dangereux de conduire après avoir consommé du CBD ?

Parmi les nombreuses vertus thérapeutiques du cannabidiol, on distingue la sensation de bien-être et de relaxation. Ces états de détente peuvent être suivis d’une légère somnolence, ce qui peut corrompre les réflexes au volant. Cette forme de léthargie ne survient pas de façon systématique chez les consommateurs. Elle est plus ou moins importante en fonction de la dose de CBD.

Pour une personne qui débute dans la consommation de cannabidiol, trouver la dose idéale que son organisme peut supporter peut prendre du temps. Malgré que la substance n’ait aucun effet psychotrope ou hallucinogène, la sensation de torpeur ressentie à certaines doses peut être une menace pour la sécurité sur la route.

Il n’est donc pas conseillé de conduire après avoir consommé du CBD, car cette baisse de la concentration du conducteur peut représenter un danger autant pour lui-même que pour les autres. Prendre le volant, conduire une moto ou un autre véhicule quand on est sous cannabidiol, pourrait être à l’origine d’un regrettable accident. 

À lire : CBD et alcool : y a-t-il des risques ?

Peut-on être positif au dépistage salivaire après avoir consommé du CBD ?

Les forces de l’ordre procèdent souvent au contrôle routier sur la route. Celui-ci est obligatoire dans le cas d’un accident grave et très possible pour une simple infraction de la route si le conducteur suscite des soupçons de prise de stupéfiant. Le cannabis fait partie des substances recherchées par le dépistage salivaire. 

Malgré le fait que les produits au CBD soient autorisés parce qu’ils contiennent au maximum 0,2 % de THC, cette trace même infime peut faire que le test de dépistage se révèle positif. En effet, les tests salivaires permettront de rechercher la présence de THC dans le corps, et non de CBD. Le fonctionnement de chaque organisme est différent d’un individu à l’autre, et le cannabis est éliminé de la salive en 4 à 6 heures.

Il est alors plus sage d’attendre quelques heures avant de prendre la route, après avoir vapoté du CBD. Attendre d’être arrivé bien tranquille chez soi pour se détendre avec du e-liquide est l’alternative la plus sûre pour éviter des désagréments, un retrait de permis par exemple.

À lire : CBD et dépistage salivaire : ce qu’il faut savoir

Aucun article ni autre disposition de la législation française n’interdit concrètement le CBD au volant. Cependant, à cause des effets relaxants que cette molécule peut causer à certaines doses, il est recommandé d’agir de manière responsable et de ne pas conduire après en avoir consommé.