Détrompez-vous ! La récolte est loin d’être l’aboutissement de vos efforts pour cultiver une weed d’exception. Il reste encore à sécher et à affiner les têtes de cannabis. Des opérations bien plus délicates que vous ne le pensez. Vous devez effectivement maîtriser de nombreuses variables pour révéler tout le potentiel de vos plants. 

Pourquoi sécher et affiner les têtes de cannabis ? 

Sans séchage, votre récolte ne pourra ni être roulée et fumée ni être vapotée. En effet, ces modes de consommation exigent de la matière végétale totalement sèche. L’affinage quant à lui permet de bonifier l’arôme et la saveur de la weed. Cette étape, qui succède au séchage, vise surtout à se débarrasser du reste de chlorophylle qui donne parfois un goût désagréable au cannabis. 

Au vu des enjeux du séchage et de l’affinage, ils sont donc aussi importants que les soins accordés aux jeunes plants jusqu’à la récolte. D’ailleurs, ces processus influent également sur le taux de CBD des fleurs de cannabis. Chez la plupart des espèces, la concentration de cannabidiol ne s’élève qu’au terme d’un séchage et d’un affinage corrects. 

À lire : Différence entre culture indoor et outdoor du cannabis ?

Préparer le séchage du cannabis 

Comme vous l’auriez deviné, le séchage consiste à réduire progressivement le taux d’humidité. Toutefois, parce que l’on cherchera avant tout à récupérer les têtes riches en terpènes et en cannabinoïdes, il faudra se débarrasser des feuilles. Dans un premier temps, on taillera les grandes feuilles.

Cette taille peut être effectuée quelques jours avant ou juste pendant la récolte. Quelques producteurs préfèrent conserver la plante intacte jusqu’à la fin de l’affinage. Néanmoins, cette méthode dite de la taille sèche peut rallonger de quelques jours la durée du séchage. 

Le séchage à proprement parler 

Une fois les préparatifs achevés, il est temps de débuter le séchage. Dans cette optique, on placera les trichomes de cannabis dans un lieu obscur assez aéré et maintenu à une température de 16 à 20 °C. Idéalement, on s’assurera que ses têtes de weed sont bien ventilées. Raison pour laquelle les producteurs décident tout simplement de les laisser sur une étagère à tamis. Aujourd’hui, les novices peuvent se procurer des séchoirs pensés pour que ce processus se déroule dans les meilleures conditions.

En règle générale, le séchage prend 2 à 3 semaines. On pourra raccourcir cette durée en :

  • Retournant les trichomes au moins une fois par jour ;
  • Veillant à ce que le taux d’humidité ne dépasse pas 50 %. 

Pour vérifier que la weed est bien sèche, vous devez juste tenter de plier une tige. Si celle-ci se casse nette, vos têtes sont bien sèches.

À lire : Les 3 meilleurs forums cultivateurs de cannabis

L’affinage ou le curing : la dernière étape 

Même s’il est considéré comme une étape à part entière, l’affinage vise en réalité à peaufiner le séchage. Il a pour but de stabiliser le taux d’humidité des têtes en ralentissant progressivement la déshydratation. C’est surtout durant cette phase que le cannabis révèlera toute sa saveur. 

Pour un curing réussi, on placera les trichomes dans un bocal en verre dans les mêmes conditions qu’au cours du séchage. On ne remplira ce récipient qu’à 2/3 pour que certaines bactéries utiles remplissent leurs offices en relevant les terpènes. 

C’est pendant cette phase que votre herbe prendra toute sa saveur. Cette étape nécessite cependant un minimum d’implication de la part du producteur. Il ouvrira ses bocaux au moins un quart d’heure par jour. À cette occasion, il faut vérifier que les têtes ne sont pas contaminées par des moisissures. Dans l’affirmatif, vous devez enlever ceux qui montrent des signes de contamination. L’affinage portera ses fruits au bout de 3 semaines. Vous sentirez alors une odeur légèrement sucrée.

À lire : Réaliser un curing cannabis parfait facilement !