Les trichomes de cannabis ? Pratiquement tout le monde en a entendu parler. Seulement, de nombreux mythes circulent à propos de ces extraits végétaux. Pour aider à distinguer le vrai du faux, l’équipe de CBD Dundees a décidé d’aborder le sujet. Ce billet permet de comprendre la véritable nature de ces fameux trichomes.

Trichomes du cannabis : qu’est-ce donc ? 

Les trichomes sont des excroissances duveteuses présentes au niveau des fleurs de cannabis et des tiges de nombreuses espèces végétales. Ils servent principalement à protéger la plante de l’agression extérieure. Ces appendices constituent en effet un moyen de défense contre :

  • Les insectes ;
  • Le vent ;
  • Le dessèchement. 

Les trichomes de cannabis remplissent également ces mêmes fonctions. Néanmoins, ils ont la particularité d’être chargés de cannabinoïdes et de terpènes. Ces substances sont destinées à :

  • Désorienter les nuisibles s’attaquant à la plante ;
  • Absorber les rayons ultraviolets ;
  • Garder un niveau d’humidité optimal au niveau des têtes. 

Ces éléments contiennent donc l’essentiel du CBD et des flavonoïdes que l’on peut extraire du chanvre. Plusieurs techniques ont d’ailleurs été inventées pour permettre une extraction tout en douceur. Les producteurs peuvent notamment employer le froid (ice-o-lator) ou des tamis pensés à cet effet pour obtenir une résine riche en cannabinoïdes. C’est justement sur ce procédé que s’appuie la fabrication du haschich. 

À lire : Lexique du cannabis : shit, beuh, marijuana, THC…

Comprendre la relation entre trichomes et culture de cannabis

Les trichomes définissent donc le profil terpénique et la concentration de CBD de toutes les espèces de cannabis. À ce titre, ils méritent toute l’attention des consommateurs. Ces éléments sont au centre des préoccupations des cultivateurs. Un plant qui aura reçu les soins appropriés produira des trichomes sains, ce qui permettra par la suite de récolter du cannabis d’excellente qualité. 

Une partie de la culture du cannabis consiste donc à surveiller l’état des trichomes. Pour que le cannabis ait un arôme bien prononcé et que les effets recherchés soient au rendez-vous, il faudra commencer la récolte lorsque les trichomes sont parfaitement matures. Dans le cas où l’on s’y prendrait trop tôt, la concentration de cannabinoïdes sera encore trop faible. Si au contraire on le fait trop tard, le CBD et les autres composants se décompenseront, ce qui réduira la puissance de la weed.

À lire : Comment cultiver son cannabis légalement ?

Quand faut-il récolter les trichomes ? 

L’aspect des trichomes permet aux producteurs de choisir le bon moment pour procéder à la récolte. Selon l’espèce, ces minces filaments apparaissent quelques jours avant ou après la floraison. À un stade précoce, ils sont translucides.

Dans les jours qui suivent, les bulbes surmontant ces excroissances deviennent de plus en plus blancs jusqu’à avoir un aspect laiteux. C’est à ce moment que les trichomes sont particulièrement chargés en cannabinoïdes. Néanmoins, ils n’atteindront pas ce stade au même instant. Ceux qui sont encore transparents arboreront progressivement cette couleur blanchâtre caractérielle.

Par la suite, les trichomes laiteux s’assombriront de manière progressive. Cet assombrissement marque le début de la décomposition des cannabinoïdes. En s’oxydant, le CBD et le THC se transformeront en CBN. Une fois assimilée par le corps, cette substance peut plomber le moral des consommateurs. Dans ce contexte, mieux vaut récolter le cannabis lorsqu’un maximum de trichomes est laiteux tout en limitant le nombre de trichomes de couleur ambrée.

Après la récolte, il est possible de poursuivre la maturation des trichomes. Pour cela, il faudra mettre les têtes dans des bocaux d’affinage. En les plaçant dans un milieu hermétique, on sera en mesure de stopper la décomposition des cannabinoïdes tout en favorisant l’accroissement des taux de CBD et de THC.

À lire : Full spectrum, Isolate, Broad spectrum : lexique et définition