Le cannabidiol, ou CBD, est utilisé un peu partout dans le monde pour ses propriétés médicales. Il est connu pour ses propriétés analgésiques ou son efficacité contre le stress, l’anxiété et l’insomnie. 

Certaines études préliminaires lui attribuent également des propriétés anti-cancer, et avancent une possible vertu contre la maladie d’Alzheimer.

En raison de ses nombreuses vertus thérapeutiques, l’utilisation du cannabidiol a été légalisée en France. Mais est-il possible de voyager avec le CBD ? Dans quel pays est-il légal ? Quelles sont les réglementations qui encadrent son utilisation et son transport ?

Le CBD est-il légal là où je vais ?

Faire la distinction entre CBD et THC, deux substances qui sont toutes deux extraites du cannabis, est parfois difficile. Ce rapprochement porte également confusion au niveau des réglementations.

Il s’agit pourtant de deux substances différentes, et la loi qui les entoure n’est pas identique. En effet, contrairement au THC, le CBD n’a aucun effet psychotrope. Pour cette raison, certains pays autorisent sa consommation, parfois sous réserve de certaines conditions. Tel est le cas dans la majorité des pays européens comme en France, en Suisse, en Espagne, en Russie ou au Luxembourg.

Le CBD est aussi légal au Canada. En revanche, aux États-Unis, le cadre réglementaire varie d’un État à un autre. 

En Amérique du Sud, l’Uruguay et la Jamaïque sont les seuls pays à autoriser le CBD. En Afrique, il est autorisé uniquement en Afrique du Sud.

La loi qui entoure le CBD

Les voyageurs sont donc tenus de bien se renseigner avant de faire entrer du CBD dans leur pays de destination. La loi qui encadre l’utilisation du CBD peut être différente d’un pays à l’autre.

En France

Le cannabis, au même titre que toutes drogues considérées comme stupéfiants, est interdit en France. Seuls les produits qui contiennent un taux de THC inférieur à 0,2 % sont autorisés, et peuvent être commercialisés.

En Europe

La plupart des pays en Europe ne disposent toujours pas d’un cadre réglementaire qui régit l’utilisation du CBD. Certains l’autorisent ainsi, mais limitent l’utilisation aux produits qui contiennent un taux de THC inférieur à 0,2 % ou 0,3 %.

En Amérique latine

L’Uruguay est le seul pays à autoriser la production, la distribution et la consommation de cannabis. Au Mexique, au Pérou, au Chili, en Colombie et en Argentine, seule la consommation à des fins thérapeutique est autorisée.

Seuls l’Uruguay et la Jamaïque autorisent l’utilisation de l’huile de CBD. Dans les autres pays, il n’existe aucune réglementation qui autorise explicitement sa consommation.

Aux États-Unis

La culture, l’utilisation et la commercialisation du cannabis sont interdites par la loi fédérale américaine. Néanmoins, certains États autorisent la consommation récréative.

Concernant le CBD, la DEA ou Drug Enforcement Administration a mis en place une réglementation qui autorise les produits avec une teneur inférieure à 0,3 % de THC.

Au Canada

Les Canadiens peuvent légalement cultiver du cannabis pour une consommation récréative, à raison de 4 plants au maximum. Ils ont également le droit de détenir 30 grammes de cannabis. Au sujet du CBD, il est autorisé sous toutes ses formes.

En Afrique

Le cannabis est interdit dans la quasi-majorité des pays africains. Seule l’Afrique du Sud a légalisé la consommation de CBD. D’autre part, le Zimbabwe et le Lesotho autorisent l’usage thérapeutique du cannabis.

En Asie

La Corée du Sud, le Sri Lanka et la Thaïlande sont les seuls pays à avoir autorisé l’usage thérapeutique du cannabis. À propos du CBD, il n’existe, pour l’heure, aucune réglementation précise, même si la Malaisie et la Thaïlande envisagent de l’autoriser à des fins thérapeutiques.

En Océanie

La Nouvelle-Zélande et l’Australie autorisent le cannabis pour un usage thérapeutique.

CBD et transports : que dit la loi ?

La réglementation concernant le transport de CBD dépend des lois en vigueur au sein du pays d’entrée. Les voyageurs doivent être particulièrement attentifs, sachant que les réglementations peuvent être différentes d’un pays à un autre, et selon le moyen de transport utilisé.

Le contrôle est généralement plus strict pour les voyages en avion. Pour éviter toute conséquence légale, il s’avère donc nécessaire de se renseigner auprès d’un agent de douane, de l’ambassade ou des compagnies aériennes.

Si le cannabis ou le CBD a été prescrit dans un cadre médical, présenter le certificat médical permet de faciliter les procédures d’entrée. En outre, pour les déplacements dans les pays du Schengen, il faut une déclaration pour entrer avec le produit. Elle est valide pendant 30 jours, et doit être signée par un professionnel de santé.

Les voyageurs qui prennent l’avion doivent aussi respecter la quantité de 100 ml imposée pour les liquides. Cette réglementation s’applique notamment à l’huile de CBD, transportée avec les bagages à main. La mettre dans les bagages enregistrés s’avère, dans ce cas, plus pratique. Les contrôles sont peu fréquents et moins stricts pour les voyages en train ou en voiture.

En somme, pour voyager en toute sécurité avec du CBD, il est nécessaire de se renseigner en amont sur les réglementations en vigueur dans le pays d’entrée. Il est nécessaire de présenter un certificat médical et un certificat attestant qu’il s’agit bien d’un produit respectant le seuil de THC autorisé.

À lire : est-ce légal de consommer du CBD ?

NOTRE SÉLECTION DES MEILLEURS PRODUITS AU CBD

LA GAMME DE PRODUITS CBD