Malgré le relâchement législatif, les tests de dépistage du cannabis  THC salivaires ou sanguins ne relèvent pas encore de l’histoire ancienne, qu’ils soient réalisés par les autorités, notamment avec les tests de dépistage de cannabis salivaires réalisés au volant, ou par les entreprises. Dans la mesure où le cannabis THC est considéré, en France, comme une substance stupéfiante, il est important d’avoir conscience du temps de détection de la weed. Quelle est la durée de positivité du cannabis dans le sang ? Quelle est la durée de détection des tests salivaires, urinaires ou capillaires ?

Combien de temps le THC reste-t-il dans le corps ?

Le THC est la molécule présente dans le cannabis responsable de l’effet psychoactif que ressent le consommateur. Il peut être éliminé de l’organisme quelques heures après la consommation. Cependant, pendant l’assimilation, le foie produit des métabolites qui peuvent, quant à eux, rester plus longtemps présents dans le sang. Ainsi, même si les effets du cannabis sur le consommateur s’estompent rapidement, ses métabolites restent détectables dans le corps pendant plusieurs semaines.

Le THC et ses métabolites sont effectivement des molécules liposolubles, qui peuvent se mélanger aux réserves de graisse de l’organisme. Lors d’un dépistage, ils peuvent être, ainsi, être détectés même si la consommation est relativement ancienne et indiquer la présence de cannabis.

Les facteurs tels que le poids, la quantité ou la fréquence de la consommation déterminent la durée de détection du THC dans l’organisme. Puisqu’il s’agit de facteurs individuels, il s’avère difficile de déterminer exactement le temps nécessaire pour l’éliminer.

Il faut aussi prendre en compte le mode de consommation. Fumé ou inhalé, le cannabis pénètre rapidement dans le sang, alors que consommé sous forme de space cake, par exemple, il faut attendre que la digestion fasse son oeuvre pour en ressentir les effets. Tout dépend également des variétés de cannabis, certaines étant beaucoup plus puissantes et concentrées en THC.

Test salivaire : quelle est la durée de détection du cannabis THC dans la salive ?

  • Usage occasionnel : 6 à 8 heures
  • Usage régulier : jusqu’à 24h
  • Usage intensif et quotidien : jusqu’à 8 jours

Le THC actif disparaît de la salive une heure après la consommation. Cependant, la présence des métabolites reste possiblement détectable jusqu’à 8 heures après la dernière prise et pendant 24 heures à 8 jours chez les utilisateurs qui en consomment quotidiennement ou de manière intensive.

Une étude réalisée en 2004 révèle même que les métabolites du THC peuvent être détectés durant 1 à 3 jours chez les consommateurs occasionnels, et jusqu’à 29 jours chez les consommateurs réguliers.

À lire : Liste des pays d’Europe où le cannabis est dépénalisé

Test sanguin : combien de temps le cannabis THC est-il détectable dans le sang ?

  • Usage occasionnel : 2 à 8 heures
  • Usage régulier : jusqu’à 72 heures
  • Usage intensif et quotidien : jusqu’à plus d’un mois après la dernière consommation

Les tests sanguins peuvent détecter le THC actif dans le sang en plus des métabolites du THC. Après une inhalation, la durée de détection du THC dans le sang va jusqu’à 2 jours, voire 1 mois chez les gros consommateurs, après un arrêt.

Test urinaire : combien de temps après la consommation de cannabis THC retrouve-t-on des traces dans l’urine ?

La fréquence de consommation, influe particulièrement sur la durée de détection du THC dans l’urine :

  • 3 à 5 jours pour les consommateurs occasionnels ;
  • 7 à 13 jours pour les utilisateurs modérés ;
  • au moins 15 jours pour les consommateurs réguliers ;
  • au moins 30 jours pour les gros consommateurs ;
  • jusqu’à 70 jours chez les très gros consommateurs.

Test capillaire : quelle est la période de détection du cannabis THC dans les cheveux ?

Les tests capillaires ont la plus large fourchette de détection : jusqu’à 90 jours. Le THC se dépose dans le cheveu, il reste alors que le cheveu pousse.

Le dépistage du cannabis par les cheveux reste toutefois très critiqué, en raison des cas de transfert par la fumée, la main ou la transpiration. Néanmoins, il convient de souligner que, plus la consommation est intense, plus le taux détecté dans les cheveux est élevé.

Les facteurs qui peuvent influencer la durée pendant laquelle le THC reste dans le corps

Nous avons déjà évoqué que le THC peut rester plus ou moins longtemps dans l’organisme. L’assimilation de la weed par l’organisme dépend de plusieurs facteurs qui empêchent de prévoir exactement le résultat du test de dépistage.

Le dosage

Le corps prend plus de temps à éliminer le THC et ses métabolites lorsque la quantité consommée est importante ou que la variété de cannabis contient un fort taux en THC.

À lire : Comment consommer le CBD ?

La fréquence de consommation

Il s’agit d’un facteur majeur. Le temps nécessaire pour éliminer le THC de l’organisme dépend également de la durée et de la fréquence de consommation. Aussi, la phase d’élimination sera plus lente chez les consommateurs réguliers.

Le poids

Par son caractère liposoluble, le THC s’associe aux molécules de graisse, et peut rester plus longtemps dans l’organisme. La quantité de graisse dans le corps influe donc naturellement sur la durée de détection.

Le métabolisme

Chaque personne élimine à son rythme en fonction de son métabolisme. Les cannabinoïdes se décomposent plus rapidement dans un organisme ayant des fonctions métaboliques élevées. Le temps de détection de THC peut ainsi réduit.

La génétique

La durée de détection du THC dépend également de facteurs génétiques. La présence de plusieurs variantes d’enzymes du cytochrome p450 favorise, par exemple, l’élimination du THC par l’urine. En effet, elles modifient ce dernier dans l’organisme. Certaines personnes peuvent hériter d’une grande variété de ces enzymes.

À lire : Comment consommer la fleur de CBD ?

Le CBD influe-t-il un test de dépistage de drogues ?

Le CBD n’est pas détecté par les tests de dépistage du cannabis. Le CBD est exclu de la liste des substances stupéfiantes, sa consommation est autorisée en France en raison de l’absence d’effets psychoactifs. Les produits au CBD ne doivent pas contenir de THC. Ainsi, privilégiez la qualité et les boutiques qui offrent des garanties de confiance comme des analyses effectuées régulièrement par un laboratoire européen.

Quand les forces de l’ordre peuvent-elles faire un contrôle de cannabis ?

Les forces de l’ordre (policiers ou gendarmes) ont recours au test salivaire pour contrôler l’usage de stupéfiants au volant. Le dépistage avec un test urinaire doit être réalisé par un professionnel de santé.

Le Ministère de l’Intérieur explicite les situations pouvant donner lieu à un dépistage :

Le dépistage est obligatoire en cas d’accident mortel ou corporel (blessures) de la circulation.

Le dépistage est facultatif dans les cas suivants :

  • le conducteur est impliqué dans un accident matériel de la circulation ;
  • il est l’auteur présumé d’une infraction routière ;
  • des soupçons légitimes concernant la prise d’un stupéfiant par les autorités.

Les forces de l’ordre ou le procureur de la République peuvent également décider de faire une opération de contrôle de l’usage de stupéfiants.

En cas de résultat positif du test salivaire de dépistage du THC, un test sanguin ou un prélèvement salivaire vient confirmer la prise de stupéfiant. La vérification entraîne une retenue du permis de conduire pendant une durée de 3 jours maximum.

Comment contester le test de dépistage ?

Pour contester les résultats du dépistage, il faut demander à réaliser une prise de sang au moment du prélèvement salivaire devant servir de vérification. Cela permettra ensuite de demander une contre-expertise. La demande doit être faite dans les 5 jours suivant la notification du résultat de l’analyse du prélèvement.

Quelles sont les sanctions pour un test de dépistage positif au cannabis ?

Refus du dépistage ou de la vérification de l’usage de stupéfiants

Les peines pour le délit de refus de se soumettre au dépistage :

  • 2 ans de prison et 4 500 € d’amende ;
  • 6 points sont retirés du permis de conduire ;
  • peines complémentaires.

Conduite après usage de stupéfiants

L’usage de stupéfiants est un délit qui fait encourir une amende de 4 500 € et 2 ans de prison.

  • l’amende est portée à 9 000  €et la peine de prison à 3 ans si le conducteur est également sous l’emprise de l’alcool ;
  • 7 ans de prison et 100 000 € d’amende en cas d’accident corporel (blessures) ;
  • 10 ans de prison et 150 000 € d’amende en cas d’accident mortel ;
  • éventuelle immobilisation du véhicule ;
  • retrait de 6 points du permis de conduire ;
  • peines complémentaires.